Lauréats du Prix des défis politiques

2019 – 2020


Natasha Gallant

Natasha Gallant

Natasha Gallant est candidate au doctorat en psychologie clinique à l’Université de Régina, à Régina (SK). Son programme de recherche est axé sur les façons d’améliorer les résultats des traitements au sein de la population vieillissante. Par exemple, son projet de dissertation sert à faciliter l’adoption d’un système automatisé de détection de la douleur pour remédier à la sous-évaluation de la douleur chez les résidents des établissements de soins de longue durée. Pendant ses études de deuxième cycle, Natasha a bénéficié d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé (2018-2019) et d’une bourse d’études supérieures du Canada (2015-2016). Durant son temps libre, elle aime jouer à des jeux de société avec des amis, essayer des restaurants locaux et faire du bénévolat dans sa collectivité.


Alisa Grigorovich

Alisa Grigorovich

Alisa Grigorovich est chercheuse en politiques et en services de santé et boursière postdoctorale en impact sur le système de santé des IRSC au Toronto Rehabilitation Institute – UHN. Dans le cadre de ses recherches postdoctorales, elle explore les conséquences sociales, éthiques et politiques de la mise en œuvre de technologies de contrôle dans les établissements de soins de santé. De façon plus générale, ses principaux intérêts comprennent la stigmatisation et la violence dans les secteurs de la santé et des soins communautaires, l’accès et l’équité ainsi que la recherche artistique et communautaire. Alisa détient un doctorat en études sur les femmes, le féminisme et le genre (Gender, Feminist & Women’s Studies) de l’Université York.


Amélie Gauthier-Beaupré

Amélie Gauthier-Beaupré

Amélie Gauthier-Beaupré est candidate au doctorat en santé de la population à l’Université d’Ottawa. Son travail concerne l’auto-gestion des handicaps des personnes âgées à l’aide des technologies de l’information et des communications. Elle a aussi co-créé MouvMat, une surface de jeu interactive numérique pour aider les personnes âgées à demeurer physiquement, intellectuellement et socialement actives dans la vie de tous les jours. 

Amélie travaille aussi pour l’Agence de santé publique du Canada, où elle se consacre à l’intégration de l’équité en santé dans les politiques, les programmes et les services. Dans l’ensemble, ses activités poursuivent toutes un seul grand objectif : permettre aux personnes âgées d’un bout à l’autre du Canada de vivre une vie utile dans la dignité.


2018 – 2019


Ann Marie Corrado

Ann Marie Corrado

Ann Marie est la directrice du programme de l’Innovation à grande échelle (Innovation Spread and Scale) du centre Peter Gilgan pour les cancers féminins de l’hôpital Women’s College, où elle collabore avec divers partenaires du système de santé (tels que la Société canadienne du cancer, le ministère de la Santé, Qualité des services de santé Ontario et IC/ES) pour concevoir, développer et évaluer des procédés novateurs susceptibles de repousser les limites des soins prodigués aux femmes atteintes d’un cancer. Ces innovations comprennent des modèles de soins, des outils cliniques intégrés et des outils virtuels. De plus, Ann Marie dirige l’ampleur et la portée des innovations soit par des approches ascendantes, soit à l’aide de changements politiques plus vastes qui influent sur les fonctions de notre système de santé.

seulement disponible en anglais


Andrew Magnaye

Andrew Magnaye

Andrew est actuellement doctorant au département de l’écologie humaine de l’Université de l’Alberta.  Depuis janvier 2016, il est aussi membre de l’équipe de recherche sur le vieillissement, les politiques et les pratiques (RAPP), et fier de l’être. Dans le cadre de ses recherches de doctorat, il étudie comment les familles qui ont immigré au Canada gèrent les responsabilités liées aux soins familiaux en dépit des frontières nationales, politiques et géographiques.  

Ce sont les souvenirs intimes de sa grand‑mère, qui l’a éduqué après avoir immigré des Philippines au Canada pour prendre soin de ses petits‑enfants, qui l’ont incité à faire un doctorat sur la recherche sur le vieillissement. Sa grand-mère a, en effet, joué un rôle primordial concernant sa façon d’aborder les relations entre les membres d’une même famille pour veiller à ce qu’ils ne se contentent pas de survivre, mais puissent réellement prospérer dans un environnement donné.

seulement disponible en anglais


partenaires